Dépot Légal
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5 3°
D’une part, que le document peut être repris sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source, et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans le but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits ou ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4)
C’est une société basée en France, que nous appellerons « l’Entreprise », qui fabrique des produits en Asie (écrans vidéo de petite taille portatifs pour le monde industriel). Uniquement les prototypes issus de la R&D viennent de France. L’Asie source les fournisseurs, achètes les composants et finalise l’assemblage.
L’exemple donné ci-dessous est sur un catalogue de produits avec 170 000 pièces vendues par an qui ont un prix de revient de 100€ arrivé France.
« L’Effet Ressort » appliqué à une entreprise, à travers ses intérêts financiers.
« L’Entreprise » a relocalisé sa production en utilisant « l’Effet Ressort », mais a ses fournisseurs en Asie. Ses fournisseurs ont leurs fournisseurs en Asie. (C’est une relocalisation partielle).
  Palier 1 :
« L’Entreprise » a relocalisé sa production en utilisant « l’Effet Ressort ». Ses fournisseurs de niveau 1 sont en local. Les fournisseurs de ses fournisseurs sont en local ou ont relocalisé en utilisant le processus de « l’Effet Ressort » (c’est une relocalisation partielle niveau 2).
Palier 3 :
« L’Entreprise » a relocalisé sa production en utilisant « l’Effet Ressort ». Ses fournisseurs de niveau 1 sont ou, « sourcer » en local ou, relocalise leur production par « l’Effet Ressort » à la demande de l’Entreprise. Les fournisseurs de ses fournisseurs sont en Asie (c’est une relocalisation partielle niveau 1).
Palier 2 :
C’est une relocalisation totale.

C’est mettre en évidence « l'Effet Ressort » domino et optimiser sa SCM.
Palier 4 :
« La SCM (Supply Chain Management, ou en français GCL, gestion de la chaîne logistique) sont les outils et méthodes visant à améliorer et automatiser l'approvisionnement en réduisant les stocks et les délais de livraison. On parle ainsi de travail en "flux tendu" pour caractériser la limitation au minimum des stocks dans toute la chaîne de production ».
 « L’entreprise » a sa propre production en Asie et s’approvisionne de fournisseurs asiatiques. Ses propres fournisseurs ont leurs fournisseurs en Asie.
État des lieux :
L’utilisation du processus de « l’Effet Ressort relocalisation» pour la relocalisation de « l’Entreprise »:
Le pôle R&D de « l’Entreprise » sert aujourd’hui à définir les prototypes et apporter l’évolution au logiciel utilisé dans leur produits.
Dans « l’Effet Ressort » le pôle R&D va s’intéresser à la productivité de la main-d'œuvre pour que cette dernière soit réduite dans le cout de revient final du produit.
Il est un fait que cette main-d'œuvre coute plus cher en Farnce qu’en Asie. Mais, « l’Entreprise » va à travers sa relocalisation économiser certains couts.
Pour arriver au palier 2,3 ou 4, « l’Entreprise » devra investir dans une chaîne de montage jusque-là manuelle dans une semi-automatisée. Malgré le fait que l’amortissement de cette chaîne soit sur 3 ans et qu’elle réduira au maximum d’un tiers le nombre d’ouvriers nécessaire à l’assemblage, cette chaîne aura un surcout. Mais, la productivité sera plus importante due à l’automatisation partielle de la chaine. Nous pouvons donc estimer le cout d’assemblage du produit ne sera que 8 fois supérieur au cout Chine (écart coût main d’œuvre et productivité améliorée) source La Tribune 2013 * 3.3€ de l’heure en chine vs 32€ en France*.
« L’Entreprise » devra également investir dans une machine de soudage de composants sur une carte électronique. Cette machine est entièrement robotisée, mais il restera à l’acheteur à sourcer ses composants. Une estimation large donne le sourcing des composants 10% plus cher en Allemagne qu’en Chine. Cette machine étant robotisée « l’Entreprise » trouvera l’amortissement de cette dernière dans l’économie de la marge de son précédent fournisseur.
Néanmoins, le taux d’aléas de la fabrication élevé en Chine se réduit et les contrôles qualité et mises en conformité sont moins importants en coûts structurels. Le frais financier sont également réduits l’entreprise étant garantie auprès des organismes d’assurance. Il n’est plus nécessaire de financer ses achats au comptant en Chine. Les coûts de structure Chine sont transférés en France, mais estimés à un surcout de 20%.
Recherche et développement :
Nous savons que le rôle de l’acheteur ou des achats généraux de l’entreprise sont dominants dans la réussite de la relocalisation. L’action menée devra trouvé les meilleurs composants pour un cout minimum. Les contrats de maintenance des machines ou outils de l’entreprise devront être pointus. Une recherche avancée facilite l’acquisition des différentes matières de qualité à des prix abordables vu la disponibilité des machines très performantes.
Malgré différents sourcing, le composant 1, les LCD, devront restés en approvisionnement CHINE. Aucun autre marché n’étant aujourd’hui aussi compétitif.
C’est par la proximité des matières premières ou des composants que « l’Entreprise » pourra éviter les différents aléas d’approvisionnement à l’international comme le délai, les problèmes douaniers, les défauts de qualité.
« L’Entreprise » pourra également mieux maitriser ses impacts sur l’environnement par moins de transport et une meilleure maitrise de l’énergie.
Le rôle de l’acheteur et de « l’Entreprise » sera de démontrer que mes chiffres de la relocalisation sont faux, car trop réservistes, et qu’en réalité les économies sont bien plus importantes qu’annoncées.
Achats :
Législation :
L’État a mis en place un outil d’accompagnement aux aides financières à la relocalisation qui donneront à l’entreprise l’investissement nécessaire à des machines ou à ses amortissements comptable.
Outre ces aides d’autres leviers à la relocalisation existent via la législation, en étudiant les droits de douane.
« L’Entreprise » paye à l’import 2.05€ de frais de douane, 45% de ses ventes en clients directs ou indirects sont à l’export, hors Union Européenne.
   Les autres paliers (2, 3 et 4) sont, plus de la R&D, achats et de l’industrialisation de « l’Effet Ressort », que du calcul des droits de douane bien qu’au niveau 4 plus aucun droit n’existe.
Mise en industrialisation :
 une économie globale de : 234 600€
L’écosystème de « l’Entreprise » est le suivant :
L’objectif de « l’Entreprise » est de relocaliser tout ou une partie de sa production en poussant éventuellement ses fournisseurs à avoir leur propre production en local. C'est mettre en avant « l'Effet Ressort » domino. Ci-dessous les schémas du Made In et « l’Effet Ressort » actionné pour chaque palier.
Soit 1.25€ d’écart par pièce sur un total de 170 000 pièces vendues par an, cela engendre une économie uniquement sur les droits de douane de 221 000€.


Si l’entreprise se sert d’un entrepôt sous douane et économise d’autant plus les droits de douane sur les 45% des pièces vendues à l’export, cela fait une économie cumulée de 244 400€.
Pour arriver au palier 1 de la relocalisation , « l’Entreprise » relocalise ses machines de production qui lui appartiennent déjà (injection des coques plastiques et petits composants en ces matières) et sa chaine de montage.
Les composants sont achetés en Chine et importés en France pour la production. L’intérêt est de calculer l’écart des droits de douane du produit fini importé vs uniquement les composants importés pour être assemblés en France:
existent via la législation, en étudiant les droits de douane.

« L’Entreprise » paye à l’import 2.05€ de frais de douane, 45% de ses ventes en clients directs ou indirects sont à l’export, hors Union Européenne.
Nos calculs montrent que « l’Entreprise » peut se relocalier, la législation est rentable et apporte une économie de cout. La R&D a apporté suffisamment de productivité à la chaine de production et les achats sont performants et respectent le cahier des charges du prix de revient nécessaire à la relocalisation. Ces sont les locaux actuels de « l’Entreprise » qui peuvent accueillir les nouvelles chaines de production.
Plus qu’une explication ci-dessous le tableau des coûts de relocalisation qui j’espère incitera « l’Entreprise » à prendre conscience de l’importance du processus de « l’Effet Ressort » dans sa relocalisation.
Sur les 170 000 pcs/an, la relocalisation par « l’Effet Ressort » apportera à « l’Entreprise »
Objectif de la relocalisation (« l’Effet Ressort » par domino) :
La décomposition financière du produit:
La volonté de « l’Entreprise » est de savoir ce qu’elle doit faire pour relocaliser sa production tout en y trouvant l’avantage financier d’avoir un prix de revient plus faible.

L'étude d'une entreprise

effet_ressort005010.jpg
Go to top
Haut de page
Facebook
effet_ressort001001.jpg